some image

Actualités plongée


Plongée Sous-Marine à Charm Al-Cheikh (Sharm El Sheikh)

0 commentaire 4891

120 centres attirent de plus en plus d’accros. Ils exercent un business rentable que les Egyptiens tentent d’investir. Voyage.

Une Hyundai 4x4 s’arrête devant AQuamarine, Diving and Snorkeling Club. Atef, Mohamad et Annamaria pressent le pas pour ouvrir les portes du centre où ils travaillent. Le bateau qui va transporter les touristes doit quitter le ponton du débarcadère dans une heure. Les deux employés se hâtent pour vérifier les caisses contenant tous les équipements. « Ici manque une palme », « Une combinaison de taille Medium par là », « Nous n’avons plus de temps à perdre, le groupe est arrivé », s’écrie l’un d’eux tout en souhaitant la bienvenue aux touristes. Une manière de briser la barrière de la langue. Ce problème fait perdre du temps car se faire comprendre est parfois difficile comme nous le confie Annamaria, Hongroise et guide de plongée sous-marine.

Le groupe en question est composé de touristes de différentes nationalités. Ces derniers ont payé d’avance pour jouir de ce loisir. Un moyen de divertissement qui leur coûte en moyenne 70 euros. Quant aux Egyptiens, ils bénéficient d’une réduction de 30 à 40 %. Les touristes commencent à s’impatienter et veulent connaître l’heure du départ. Atef et Mohamad se hâtent pour charger les équipements dans la voiture tandis que Annamaria invite les touristes à monter. Un trajet de quelques minutes et le groupe arrive à destination. Les touristes d’AQuamarine se fondent dans une foule dense. Sur le quai, il y a beaucoup de touristes, mais aussi des Egyptiens. Tout le long du port sont amarrés dans un décor splendide, le SeaQeen, le Panorama, le President III, l’Alexandria, le Valentino et le Tower 3. Tous attendent leurs clients pour explorer différents récifs coralliens. Des portefaix ont pour tâches de charger les bouteilles à oxygène, les combinaisons, les tubas, les palmes, les ceintures de plomb et les masques sur les bateaux. Il fait un temps printanier et une odeur d’iode embaume l’air. De quoi promettre aux plongeurs une belle exploration sous-marine et un voyage féerique.

Suite

Lire la suite

Voyage plongée en Indonésie

1 commentaire 5162

Les multiples visages de l'Indonésie:

Sur une carte géographique, l'Indonésie apparaît comme une multitude d'îles, en équilibre sur la ligne de l'Équateur. Enfilées les unes derrière les autres comme un collier mal assorti, elles forment un pont de quelque 5000 kilomètres entre l'Asie du Sud-Est et l'Australie. Quatrième pays au monde pour sa population, après la Chine, l'Inde et les États-Unis, l'Indonésie est un pays aux multiples visages.

En fait, l'Indonésie semble avoir autant de visages qu'elle a d'îles et être autant de pays qu'il y a de peuples qui l'habitent. Depuis les Bataks qui vivent dans des maisons de bois au toit cathédrale dans la région du lac Toba (Sumatra) et qui hébergent des routards venus du monde entier depuis des décennies, en passant par les Torajas de Sulawesi qui accueillent les visiteurs dans leurs maisons traditionnelles, les tongkonan, et qui ont conservé des rites funéraires hauts en couleur.

Un voyage en Indonésie, c'est également une occasion d'aller à la rencontre des Papous d'Irian Jaya (Nouvelle-Guinée) et des Dayaks du Kalimantan (Bornéo) qui vivent dans des maisons sur pilotis sur les rives de cours d'eau qui s'enfoncent dans la jungle et qui avaient la réputation, il y a à peine une génération, d'être des coupeurs de tête. Et c'est sans oublier l'île de Bali pour ses temples et ses rites hindous, et les îles de la Sonde, dont l'île de Komodo pour ses dragons (varans) qui semblent sortir du Parc jurassique, les îles de Maluku (Moluques) pour ses précieuses épices et, bien sûr, Java et sa capitale Jakarta.

Lire la suite

Maldives : le paradis de la paresse

0 commentaire 1793

Au coeur de l'océan Indien, les Maldives méritent leur renommée de paradis entre ciel azur et eaux turquoise. Un écrin de luxe et de douceur qui invite à la paresse.

Du bleu contre le blues. Du bleu bonbon, vert froid autour des lagons, profond coloré quand l'océan rappelle qu'il est Indien et pas Pacifique, bleu-blanc lorsque le soleil traverse les nuages et que l'eau se demande s'il va peut-être pleuvoir. Ces bleus soignent l'âme, le corps, les rides, les kilos, les petites angoisses et les grands désespoirs. Vous rêvez des Maldives ? Eh bien, sachez que lorsqu'on y est on continue à rêver. Les yeux gravement ouverts, les Adam et Eve des villes avancent au milieu du paradis retrouvé et, le langage réduit à quelques monosyllabes, bégaient, déjà atteints par la maldivite : « Non, non, pas vrai, ah, oh... »

Dans cet archipel de 1 200 îles, une centaine se consacrent au tourisme. Après le tsunami, qui en a touché quelques-unes, tout a été fait pour que le tourisme ne souffre pas. Et dans cette centaine d'îlots, une dizaine jouent la gamme du plaisir mille étoiles, archi-luxe. Une île, un hôtel. Dès l'arrivée, le coeur sourit : de l'avion, les halos autour des îles ponctuent la carte de l'océan. De l'aéroport de Malé au bateau qui transporte vers l'île choisie, il n'y a qu'un pas.

Suite

Lire la suite

Plongée en Polynésie : immersion dans les eaux claires de Tahiti

0 commentaire 1743

Un paradis pour la Plongée
Nourris aux documentaires qui transforment votre écran de télévision en aquarium, émerveillés par le ''Monde du Silence'', ''Le Grand Bleu'' et autre ''Némo'', on a secrètement envié les plongeurs, ce aventuriers qui courent les mers du globe, non pour découvrir de nouvelles terres, mais pour descendre dans le 4ème élément, en quête d'un univers fascinant qui reste mystérieux.

Et voilà que le voyage à Tahiti va concrétiser ces rêves - et de quelle façon ! les ''pros'' considèrent les fonds sous-marins polynésiens comme la récompense suprême, ici, aucune plongée ne ressemble à une autre, grâce à la grande diversité des sites et la variété infinie des paysages.

Au gré des grottes et des tombants, de lagon en récif, on évolue au milieu de spectaculaires formations coralliennes, des éponges rouges, des polypes multicolores en masses compactes, les gorgones ou les luxuriants jardins d'anémones de toutes formes, traversés de colonies de poissons ange ou papillon, de carangues bleues et de nuages d'argent ou d'or faits de milliers de poissons qui virent de bord d'un coup : peut-être ont ils, eux aussi, aperçu le requin qui croise au loin...

Source et suite

Lire la suite

Plongée à Hawaï

0 commentaire 3947

Comme un jardin japonais
Nous qui sommes des fans de plongée, après une équipée de plus de 2500 km en 10 jours (la grande île porte bien son nom!), nous partons deux semaines à bord du Kona Aggressor II, un catamaran motorisé long de 25 m. Objectif: découverte d'un milieu marin très particulier.
Gui Garcia, d'origine portugaise, compte plus de 20 ans d'expérience dans ces eaux. Capitaine au calme rassurant, il s'adonne aussi à la photographie. C'est donc avec la sensibilité de l'artiste qu'il décrit les fonds marins entourant l'île: «Hawaï n'a rien des îles du Pacifique Sud. On ne cherche pas ici la multitude de couleurs qu'offrent les îles Fidji ou la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Il faut plutôt aborder la plongée dans ces eaux comme si l'on visitait un jardin japonais. Au premier coup d'oeil, on a une impression de vide. Puis, en y regardant de plus près, tout nous paraît bien organisé, et les couleurs se révèlent.»

 Pour apprécier la plongée à Hawaï, il faut y mettre le temps et aiguiser son sens de l'observation. Car si la faune y est abondante, l'environnement, essentiellement composé de lave, ne provoque pas la magie spontanée des plongées dans le Pacifique Sud ou dans la mer des Caraïbes.
Une fois le choc initial passé, une phase d'émerveillement s'amorce: Hawaï étant l'archipel le plus isolé de la planète, près du tiers des 400 espèces marines qui y vivent sont uniques et ne se trouvent nulle part ailleurs!

Source et suite

Lire la suite

Le Tsunami, un an après : «Phuket is back»

0 commentaire 2399

Un an après le raz-de-marée qui a fait plus de 230.000 morts en Asie du sud-est, Libération.fr revient sur la catastrophe, avec ceux qui l'ont vécue, subie, et ceux qui tous les jours continuent à réparer les dégats, de l'Inde à l'Indonésie. Une série à suivre toute la semaine.

Diane Stoffel est Française. Elle vit sur l'île de Phuket en Thaïlande depuis sept ans. Avant le tsunami, elle tenait avec son mari un club de plongée et travaillait dans l'immobilier. Dans les premiers mois après la catastrophe, ils ont mené ensemble plusieurs actions humanitaires sur l'île frappée de plein fouet. Depuis, le club de plongée a pu rouvrir et Diane s'est lancée dans la création de bijoux. Elle nous raconte l'année écoulée à Phuket.

Source et suite...

Lire la suite

Visite dans la baie de Makady en mer Rouge

1 commentaire 8646

Le but de ce récit n’est pas de vous faire partager un site exceptionnel de plongée, mais plutot de vous faire partager des vacances/découvertes de récifs à un prix défiant toute concurrence et accessibles à tous. Nous nous étions fixé un budget de 4000 francs par personne avec visa et assurances compris. Nous ne parlerons pas ici de réelle plongée mais plutôt d’apnée, où le matériel commence à 150 francs pour monter vers 1000 francs.

Lire la suite