some image

Actualités plongée


Vidéo de Pyrosomes en plongée

pyrosomes,tasmanie,vidéo 0 commentaire 249
Vidéo de Pyrosomes en plongée
La séquence se passe dans les eaux de Tasmanie, on y voit des plongeur en compagnie de Pyrosomes. Les pyrosomes sont des colonies d'organismes invertébrés qui s'attachent les uns aux autres afin de bénéficier d'une filtration plus efficace de l'eau, retirant le plancton dont ils se nourrissent. Une autre particularité de ces organismes est qu'ils sont bioluminescents!

L'exceptionnel dans cette vidéo c'est que ces pyrosomes mesurent plusieurs mètres de long, ce qui est assez rare pour ces organismes tout de même.

Je vous laisse admirer la vidéo ci-dessous: Lire la suite

Initiation à la biologie marine en plongée sous-marine

biologie,auch,lycée 0 commentaire 264
Initiation à la biologie marine en plongée sous-marine
C'est une nouveauté 2013 pour le lycée de Mirande, près de Toulouse: des cours de biologie sous-marine on été mis en place en pratiquant la plongée sous-marine. L'activité est ouverte aux personnes volontaires pour la pratiquer.
Le cours comporte une partie théorie qui est dispensée en salle de classe puis une partie pratique à Auch en scaphandre de plongée avec l'aide du club subaquatique auscitain.

Les cours se déroulent sous la supervision d'agents de la réserve naturelle de Banyuls et avec un chercheur du laboratoire Arago.

Ces cours ont également l'avantage de pouvoir passer son premier niveau de plongée, qui sera validé avec une sortie en mer lors du dernier cours.

Avec des activités comme celle ci, il est certain que le lycée deviendra un peu plus agréable pour certains... En tout cas nous ne pouvons que féliciter l'initiative du lycée! Lire la suite

Les animaux fluorescents dévoilés par deux plongeurs

fluorescence,biologie 0 commentaire 370
Les animaux fluorescents dévoilés par deux plongeurs
Du vert fluo, du jaune, mais aussi du rouge, du bleu, du violet… Patricia Ettouati, scaphandrière et ancienne photojournaliste et Jean-Marie Boulet ont réussi, pour la première fois, à filmer la fluorescence du monde sous-marin dans toute sa splendeur. Gentside Découvertes vous emmène à la découverte de ce nouveau monde si fragile, en compagnie de Patricia Ettouati.

Préparez-vous à plonger dans un monde exceptionnel, unique et bien caché. Pour la première fois, des Français ont réussi à dévoiler les secrets de la fluorescence sous-marine. Résultat, ce ne sont pas que des tons verts mais du bleu, du rouge, du violet, du jaune… qui ressortent de ces images. Toute une palette de couleurs "obtenue grâce à la symbiose entre la lumière noire et des filtres jaune-orange. Le reste est un secret de fabrication", nous confie Patricia Ettouati, spécialiste en images sous-marines. Un projet de film Cette dernière vient de présenter les premières images de cette nouvelle expérience filmée en 4K au Festival International du film sous-marin à Marseille. "Nous avons de très bons retours, le public était très intrigué. La plupart des gens demandaient à en voir plus", ajoute-elle. Et c'est vrai, on aimerait bien en voir plus ! "Notre projet, c'est de parvenir à réaliser un documentaire pour la télévision et un film avec une histoire pour le cinéma afin de faire découvrir au grand public ce monde fragile et inconnu", Patricia Ettouati. Visible uniquement de nuit et à l'aide d'un éclairage spécifique, la fluorescence sous-marine était, autrefois, l'apanage des scientifiques, médecins et autres biologistes. "Le côté purement esthétique n'avait jamais été montré dans un film. Bien sûr, l'aspect scientifique nous intéresse mais nous avons l'occasion de réunir les deux". Lire la suite

Les mammifères et l'apnée

0 commentaire 386
Les mammifères et l'apnée
Quels mystères cachent encore les mammifères pouvant plonger en profondeur ? Nous venons d’apprendre que leur myoglobine, une protéine fixant l’oxygène intervenant dans l’apnée, est particulière. Sa charge électrique est plus importante que chez les mammifères terrestres, de telle sorte qu'elle ne s’agglutine pas dans leurs muscles.

Chez les mammifères, les grands cachalots (Physeter macrocephalus) sont des champions hors concours en matière de plongée profonde. Ces odontocètes peuvent descendre à plus de 3.000 m de profondeur durant des immersions qui atteignent parfois 1 h 30. Par comparaison, la majorité des êtres humains ne peuvent retenir leur respiration que quelques minutes, à l’exception du Danois Stig Severinsen qui a réalisé une apnée de 22 mn en novembre 2012.

Au fil du temps, les cachalots, mais aussi d’autres mammifères plongeurs, ont acquis plusieurs adaptations qui ont amélioré leur endurance sous l’eau. Certains possèdent ainsi jusqu’à 11 fois plus de myoglobine dans leurs muscles que leurs confrères terrestres. Or, cette protéine monomérique sert à stocker de l’oxygène. Actuellement, de nombreuses questions restent encore en suspens concernant son histoire évolutive. Par ailleurs, on se demande toujours pourquoi cette protéine ne s’agglutine pas dans les tissus musculaires, étant donné sa concentration. Lire la suite

Plongée dans le port de Marseille avec Laurent Ballesta

0 commentaire 544
Plongée dans le port de Marseille avec Laurent Ballesta
Le biologiste et plongeur Laurent Ballesta vient de publier Une vie dans le port, images et histoires de la biodiversité marine du port de Marseille Fos. Il nous présente cette expérience hors du commun.

Laurent Ballesta a répondu à l'invitation du port de Marseille pour explorer les recoins du port de Marseille. «J'ai répondu «absolument oui» car cela me donnait accès à des zones interdites, pour risques terroristes essentiellement (oléoducs, usines chimiques...). Mais je voulais être sûr de pouvoir m'exprimer librement, indépendamment du port de Marseille. Une fois que cette condition m'a été assurée, j'ai commencé les plongées.» Une exploration qui n'a pas été sans rebondissements puisque Laurent Ballesta a été sorti de l'eau à deux reprises par des gendarmes, arme au poing. Ils n'avaient pas reconnu le plongeur.

Des réfugiés et des profiteurs

Sous l'eau, Laurent Ballesta a découvert un écosystème. «J'ai trouvé là des réfugiés, des rescapés, des robustes, des profiteurs, des opportunistes, des pilleurs, quelques délicats et même des fragiles», annonce-t-il en préface de son ouvrage. Lors d'une de ses premières plongées, il découvre de grandes nacres. «Leur taille record c'est 1 mètre 20, là, elles mesuraient la moitié, explique le plongeur. Elles ont une haute valeur patrimoniale.» En découle un cliché qui n'a rien à envier, côté mystère, au générique du dernier James Bond. «C'est une espèce très fragile puisque protégée par la loi, observe Laurent Ballesta. Et pourtant là, on la retrouve dans une zone industrielle.» Lire la suite

Un requin-renard échoué dans la baie du Mont-Saint-Michel

0 commentaire 520
Un requin-renard échoué dans la baie du Mont-Saint-Michel
Un requin renard à gros yeux a été retrouvé hier échoué près de Tombelaine, dans la baie du Mont-Saint-Michel. D’âge adulte au vu de sa longueur estimée à plus de 3 m, ce requin a été identifié grâce à sa nageoire caudale très longue.

« C’est une espèce qui vit jusqu’à 500 m de profondeur. On en voit rarement sur les côtes européennes. Et quand ça arrive, c’est plus dans le Sud de l’Europe qu’en baie du Mont-Saint-Michel »

Lire la suite

Plongée requins

0 commentaire 567
Plongée requins

La semaine dernière, Michel Labrecque et Julie Ouimet, copropriétaires de Plongée XL, ont eu le privilège d’être invités à participer à une expédition au Rhode Island en compagnie de Brian Skerry, photographe permanent du National Geographic et du cinéaste Joe Romeiro, dont les images peuvent être vues sur des chaînes telles que Discovery, National Geographic Channel et Animal Planet.
Sujets : National Geographic , Capitaine Jaques Cousteau , Université de Miami , Île Cocos , Bahamas , Indonésie
Michel Labrecque et Julie Ouimet ont véritablement parcouru le globe en quête d’images de requins. De leurs passions combinées pour les requins, la photographie et la vidéographie sous-marine, est né le désir de capter des images de diverses espèces de requins de par le monde.

Au fil de leurs voyages, ils ont eu l’occasion de plonger en compagnie de personnalités faisant partie de l’élite mondiale de la plongée. Leur dernier séjour sur la côte est américaine leur a d’ailleurs permis de vivre des moments inoubliables avec un des plus réputés photographes sous-marins du National Geographic.

Au cours des deux dernières années, ils ont notamment participé à des expéditions leur permettant d’aller à la rencontre de requins aux Bahamas, en Indonésie, aux Maldives, au large de l’océan Atlantique, aux Îles Galapagos et à l’Île Coco.

Lire la suite

Exposition animaux marins à St Malo

0 commentaire 553
Exposition animaux marins à St Malo

Imaginaire

Dans la salle du rez-de-chaussée, à droite, un espace est consacré à l'imaginaire marin. Il a été conçu à partir d'un colloque international « Patrimoine maritime 2000 sur les façades de l'Union européenne ». Un voyage à travers les mythes et légendes. On y découvre notamment Jonas, le prophète avalé puis recraché par une baleine, à travers une enluminure de la Bible datant du XVe siècle.

Préhistoire

Connaissez-vous le Liopleurodon Ferox ? Ce mammifère marin de l'ère secondaire a disparu il y a bien longtemps. Il possédait de puissantes nageoires et une mâchoire spectaculaire. Plus récente, la Rythine de Stellar (ou vache de mer) a été exterminée au XVIIIe siècle. Une reproduction, grandeur nature, impressionne par ses dimensions.

Calmars

C'est l'un des temps forts de l'exposition. Ces pieuvres géantes, qui ont alimenté bien des récits de marins, existent en réalité. Les calmars géants peuvent mesurer jusqu'à 20 m de long avec leurs tentacules. Un spécimen a été prêté par la province des Asturies, en Espagne. Elle est présentée pour la première fois en France.

Baleines

Elles occupent une large partie de l'exposition. Particulièrement à l'étage, où la région du Saguenay, au Québec (lire ci-contre), présente les cétacés entre réalité et fiction. Cette péninsule canadienne abrite de nombreux mammifères marins. C'est même une attraction touristique là-bas, car la rencontre du fleuve Saint-Laurent et du Fjord du Saguenay est un endroit unique au monde pour admirer les baleines et les bélugas !

Lire la suite

[livre] Les baleines ont-elles le mal de mer?

0 commentaire 503
[livre] Les baleines ont-elles le mal de mer?

Mais que se passe-t-il donc au fond des océans ? La mer et ses habitants nous fascinent autant qu'ils nous interrogent. Le monde sous-marin compte quelques milliers d'espèces animales et chacune renferme ses mystères. Experte aquatique reconnue, Caroline Lepage nous entraîne, en 150 questions (et autant de réponses !) dans ce " monde du silence " qui grouille d'anecdotes et de petites histoires animales surprenantes. Avec humour et précision, elle lève le voile sur les secrets bien gardés des grandes profondeurs... Des coquillages aux pingouins, en passant par les algues et les méduses, l'auteur rétablit quelques vérités et revient sur nos idées reçues. Les baleines ont-elles le mal de mer ? L'oursin a-t-il des dents ? Quelle est l'odeur de la mer ? Le requin est-il un mangeur d'hommes ? Le corail peut-il se noyer ? Un poisson peut-il hiberner ?... Des révélations biologiques qui surprendront et enchanteront les plus grands comme les plus petits, les passionnés comme les curieux.
Caroline Lepage est journaliste scientifique. Elle est passionnée par la mer et collabore à plusieurs revues et sites internet.

Ouvrage disponible ici

Lire la suite

Plongée avec le Cœlacanthe

0 commentaire 679
Plongée avec le Cœlacanthe

"Dès la première plongée, dès les premières secondes, il était là...". Le plongeur héraultais Laurent Ballesta, notamment connu pour avoir assisté Nicolas Hulot dans l’émission Ushuaïa, évoque avec émotion sa rencontre avec le fascinant cœlacanthe (prononcez “sélakante”).
 
Il y a de quoi : le biologiste est le premier photographe de la planète à avoir immortalisé le plus vieux poisson du monde dans son élément, par - 120 m de profondeur...
 
"On le croyait disparu avec les dinosaures"
 
C’est toute cette histoire extraordinaire qu’il racontera demain soir, à Mare Nostrum (*) en commençant par la disparition du cœlacanthe, voilà 65 millions d’années, avant qu’il ne réapparaisse dans les filets d’un pêcheur sud-africain, en 1938...
 
"Sur le coup, personne n’y a cru : c’est comme si on retrouvait un tyrannosaure dans un ravin des Cévennes", explique par l’image Laurent Ballesta. "On le croyait disparu avec les dinosaures puisque c’est au XIXe  siècle qu’on a découvert les premiers fossiles datés de 400 millions à 65 millions d’années. Cette découverte a été une révolution chez les scientifiques", s’enthousiasme-t-il.
 
Les recherches sur cette étrange créature, fascinante et inquiétante, vont se heurter à sa grande fragilité. Il a été repéré ou repêché aux Comores et en Afrique du Sud, mais jusqu’à maintenant sans aucune capture.
 
"C’est une espèce protégée qui livre ses secrets au compte-gouttes. Au Japon, une prime de 1 M$ (environ 760 000 €, NDLR) est promise à quiconque en ramènera un vivant. Il peut faire 2 m pour 100 kg mais il est très fragile et meurt instantanément si on le capture", poursuit celui qui a lancé un club de plongée à Carnon, l’été dernier.

Lire la suite