some image

Actualités plongée


Comme un glaçon dans l'apéro

0 commentaire 2095

Carry le 28/06/06 11h55

L’heure était pré-zénithale et la descente de l’escalier de pierres surchauffées trop douloureuses pour la plante des pieds. L’ouvrage  menait au bassin ovoïde bleu écrasé de soleil. L’air était aussi vibrant que les pattes des cigales et l’eau bleutée calme et limpide invitait à la détente. 
 
Je me coulais en silence dans l’eau tiède et rejoignais en nageant l’autre extrémité où, telle un gros chat, la pompe ronronnait en recrachant l’eau filtrée dans un bruit de cascade rafraîchissant. La ligne bleue du thermomètre hésitait entre 29 et 30° alors que l’air était annoncé à 34° sur le gros cadran mural.

Cliquez sur "Suite..."



Enrobé d’une bouée torique turquoise, je basculais sur le dos, m’épuisant à rester immobile, économisant même le filet d’air qui nourrissait mes bronches. Le calme était absolu et seules, les cigales besogneuses troublaient ma quiétude.

 A travers les paupières closes, le rideau d’or résistait aux efforts de l’eau qui tentait d’escalader la mince limite entre les sourcils et les cils, dont les rares battements étaient les derniers signes d’activité du grand corps flottant. J’étais devenu glaçon fondant lentement à la surface d’un apéritif anisé !

 Cela dura 1 ou 10 minutes sans que le moindre neurone ne soit sollicité, jusqu’à ce que, pernicieusement, l’eau, profitant d’une lente bascule de la tête, s’insinue par la commissure des lèvres dans une bouche laissée imprudemment mi-close. La sérénité absolue avait été atteinte et ce ne seraient pas les quelques rasades chlorées qui allaient diluer cet intense moment d’abandon.

Gérard LEGRAND  28/06/06

0 commentaire

select mot_de_passe, pseudo, hash from touist_utilisateurs where userid=''

Ajouter un commentaire