some image

Actualités plongée


Petit parcours d'un plongeur tech

1 commentaire 2631

La plongée technique désigne vulgairement la plongée aux mélanges.
Je ne suis certainement pas le plus qualifié ni le plus expérimenté pour parler de la plongée technique mais peut être que ces quelques lignes décrivant mon parcours vous trouverez ici les raisons de l’existence de cette pratique encore marginale.

Je suis dans l’eau depuis mon plus jeune âge, l’apnée à été le premier moyen pour moi d’approcher le monde sous-marin, à l’age de 12 ans une dérogation m’ouvrait le monde de la plongée. J’étais contaminé le virus coulait dans mes veines habitant loin de l’océan j’attendais mes vacances scolaires comme d’autre attendent Noël.

Cliquez sur "Suite..."

 



 Dès lors mon parcours était ponctué par le passage des diplômes a chaque fois que mon age le permettait. Puis plongeant toujours dans la même région une certaine lassitude me gagnait, la même faune, les même sites, je ressentais le besoin de passer à autre chose. Ma soif de connaissance théorique, pratique et mon goût du partage et de l’enseignement me poussaient vers la voie de l’encadrement, le niveau 4 puis le monitorat.
Ma pratique avait changé, la maturité aidant j’étais de plus en plus concerné par la sécurité. Un week end ou j’entraînais de futur niveau 4 j’ai eu une petite alerte. Une très grosse fatigue… avec un peu de recul je comprenais que les remontée assistées brouillons et la répétition des plongées n’y était pas étrangères. Dès lors mon intérêt s’orienta vers les mélanges suroxygénés (Nitrox) et la décompression réalisée à l’oxygène. J’y voyais le moyen de plonger avec une sécurité accrue. Je passe alors les diverses certifications et sans le savoir j’avais mis le doigt dans l’engrenage. En rassemblant des informations sur la plongée au nitrox je trouve des documents sur la plongée au Trimix, j’échange avec des plongeurs pratiquant la plongée aux mélanges, c’est ainsi que je découvre un nouveau matériel de nouvelles pratiques et surtout que je vois le moyen de redonner un nouvel élan à mes plongées d’exploration. Bien sur le trimix permet d’aller plus profond mais ce n’est pas ma motivation première, la narcose appartenant au passé, j’imagine déjà le relief encore vierge qui attend ma visite, les épaves inaccessible et le littoral basque redevient un espace inconnu susurrant ses mystères. Le trimix étant inexistant par chez moi et les cursus de formation ne me satisfaisant pas, la route pour explorer ces nouveaux espaces allait être longue. Cette route je ne la fais pas seul des amis plongeurs se laissent entraîner par ma douce hérésie. Passé l’acquisition des connaissances théoriques vient l’acquisition du matériel. Le centre et le magasin de plongée ne suffisent plus à mes répondre à mes ambitions et besoins. Les blocs s’accumulent j’assemble des bi que je mon dos n’aurait jamais imaginé supporter, des blocs en aluminium viennent s’accrocher de pars et autre de mon torse, des B50 d’oxygène et d’hélium atterrissent dans ma cave ainsi qu’un compresseur. Les détendeurs se multiplient, vannes, lyres, stick, wing, harnais, tuyaux longs, mon appartement devient un entrepôt de matériel et un atelier de bricolage, ma cave une station de gonflage, je fais mes premiers transferts mes premiers gonflages mes premières plongées. Je me sens à nouveau débutant, j’ai tout à apprendre j’ai enfin retrouvé mon excitation avant d’aller à l’eau, je m’entraîne progresse à mon rythme me forçant à ne pas brûler les étapes malgré cette envie qui tiraille. Au fond la récompense est là: les reliefs inconnus l’ambiance lunaire parfois, je découvre un nouvel univers auquel il faut m’arracher après quelques minutes qui m’ont parues des secondes, la décompression est plus longue elle me prépare doucement au retour au monde des hommes et à la lumière.

Depuis je suis passé au recycleur afin de pouvoir plonger plus longtemps avec une logistique simplifée. Ce parcours en partie autodidacte n’est certes pas à conseiller, mais à réinventer la roue on sait pourquoi elle tourne... Bien sur tout cela n’aurait été possible sans ceux qui m’ont suivi, aidé, conseillé, sans tous les pionniers qui ont ouvert la voie. Si je devais tirer une conclusion sur la plongée aux mélanges je dirai simplement que ce n’est pas une activité élitiste pour plongeur amateur de sensations fortes, mais plus un moyen d’explorer de nouveau espaces, d’assouvir sa passion pour la découverte.

Jean François JANICOT

1 commentaire

select mot_de_passe, pseudo, hash from touist_utilisateurs where userid=''

Ajouter un commentaire