some image

Actualités plongée


Voyage plongée en Micronésie (Palau)

0 commentaire 27844
  • Voyage plongée en Micronésie (Palau)

J’ai eu la chance en octobre 2007 de partir plonger en Micronésie, à Palau plus exactement. Je vais essayer à travers cet article de vous faire partager ce voyage fantastique au bord de l’Asie et en limite de l’océan Pacifique.
Tout d’abord il est nécessaire de cadrer tout ceci dans un contexte : ces dernières années, les voyages plongée m’ont amené en Asie principalement, aux Philippines deux fois (Visayas puis Palawan à Tubbataha Reef et Coron) et en Indonésie (Bunaken, Lembeh et Toggian). Des endroits magnifiques dotés d’une biodiversité absolument sans égal ailleurs sur la planète. D’ailleurs pour information ces zones font partie de ce qu’on appelle le « triangle de la biodiversité », à savoir que plus vous vous éloignez de ce point sur le globe et moins il y a de biodiversité. A titre d’exemple pendant une plongée en mer rouge vous allez rencontrer une ou deux espèces de poissons clowns dans une zone de 20m², alors qu’en Indonésie vous pouvez avoir jusqu’à 15 variétés sur la même surface, parfois même les uns à côté des autres. Mais la diversité ne s’arrête pas sous l’eau, elle est également présente sur terre ! Les paysages rocailleux remplis de végétation luxuriante qui se mêlent à l’eau turquoise des lagons et récifs coralliens est du plus bel effet.



Bref, tout ça pour vous dire que cet endroit de l’Asie est vraiment exceptionnel. Tout du moins en termes de « petit », à savoir tout ce qui est invertébrés (coraux, gastéropodes, nudibranches etc.) et petits poissons de récif. J’en ais donc pris plein la vue à ce niveau pendant cette période. Mais arrivé un moment, il y a un animal qui m’a cruellement manqué, c’est le pélagique, le gros, et en particulier le requin. J’ai donc cherché un endroit qui permette des plongées en présence de requins, avec des récifs coralliens en bon état (de plus en plus rare sur la planète…), la possibilité de faire plusieurs types de plongée un paysage terrestre sauvage et un tourisme modéré ou du moins pas spécialement voyant. Ce sont les éléments qui ont été primordiaux dans cette recherche! La région sur la carte qui respectait ces conditions, et, il faut l’avouer, était une région que je rêvais depuis longtemps de faire, c’est la Micronésie.

Nous partons de Frankfurt (et oui, pour les Alsaciens comme nous c’est plus pratique), avec une escale de 8h00 à Taipei, à Taiwan (Chine). Nous en profitons pour sortir en ville et aller visiter un petit marché chinois typique : entre les stands serrés, noirs de monde sur lesquels sont exposés toutes sortes de nourritures (fritures pour la plupart), des fruits de mer vivants (poissons et crustacés frétillent dans des caisses en polystyrène à moitié remplies d’eau). Nous nous arrêtons dans un petit « buibui » qui vend de la soupe avec des tas de trucs dedans (ne demandez pas quoi…). Et hop ! Un bol de soupe : vraiment délicieuse avec des tas de saveurs. Coût du repas : 0.5cts d’euro.
Mais le temps passe vite et nous rejoignons l’aéroport international de Taipei. Un autre vol nous amène directement à Palau, plus précisément à l’aéroport de Koror, la principale ville de l’île de Palau. Nous arrivons de nuit.
Un minibus 6 places nous attends, et avec les bagages 6 places ne sont pas de trop pour 2! En particulier quand on est plongeur et qui plus est avec du matériel vidéo… A propos la compagnie aérienne est China Airlines, et le poids autorisé par passager est de… 46kg! Une aubaine pour les plongeurs!

L’hôtel

Après une trentaine de minutes de minibus nous arrivons à l’hôtel « Carolines Resort », situé en haut d’une colline qui surplombe toute la région dont une bonne partie d’océan. Les 5 dernières minutes de minibus sont dédiées à la traversée d’un végétation très dense, tropicale… Nous arrivons à l’hôtel, en pleine jungle!… Superbe (même de nuit)! Sans compter l’ambiance sonore très soutenue, causée par des batraciens. Nous passons par un chemin surplombé par un arbre au tronc multiplié, gigantesque, avec des racines et des lianes de partout qui relient les branches au sol. Magnifique.
Le bungalow individuel en bois ne l’est pas moins : un exemple d’intégration dans la nature! 8 bungalows ont ainsi été construit ici, en haut de la colline, avec pour toile de fond la paysage tropical mêlant la végétation tropicale luxuriante verte clair à l’océan pacifique d’un bleu intense. Une petite terrasse où vous pouvez commander votre repas se tient en hauteur, face au panorama… Que c’est beau!… Je précise que cet hôtel est parmi les moins chers car les moins luxueux d’un point de vue équipement (pas de spa, pas de piscine etc.), mais chacun ses goûts ;-) … Bon, il y a tout de même la climatisation, nécessaire si vous voulez bien dormir sous les tropiques.

La plongée

Le matin, vers 8h00 un minibus du centre de plongée Sam’s Tour vient nous chercher. Nous sommes la plupart du temps seul, mais parfois avec deux ou trois personnes. On nous emmène alors à la Marina, siège du centre de plongée. Là par contre ca devient un peu pus touristique et c’est vrai que la taille du centre de plongée (en plein agrandissement et rénovation au moment où nous y étions) laisse tout de suite supposer que pas mal de plongeur viennent ici… Mais bon, on reste toujours très loin de la surpopulation de plongeurs en l’Egypte. Trois bateaux partent quotidiennement pour emmener les plongeurs (une dizaine de place à bord par bateau).

Après que tout le monde ait embarqué (nous étions entre 4 et 10 plongeurs à bord en fonction des jours) nous partons pour les sites de plongée. Les bateaux sont équipés de deux moteurs de 150 cv, donc je vous fait pas de dessin sur la vitesse à laquelle nous naviguons pour arriver sur le lieu de plongée ! Malgré tout, une heure est nécessaire pour y arriver. C’est un peu long, mais le décor que nous traversons est tellement sublime que c’est un plaisir!

Les sites de plongée sont la plupart du temps des tombants, mais également des passes ou des grottes. Chaque plongée se fait en présence de requin gris et requin corail (trianodon obesus). Les récifs ne sont pas aussi beaux qu’en Indonésie ou aux Philippines mais restent plus que corrects. De gros napoléons sont souvent présents également, et sur certains tombants extérieurs et exposés aux courants, la densité de poisson est vraiment très importante. Ca donne des panoramas de toute beauté!
Au centre de plongée Sam’s Tour, ils ont adopté un curieux mode de plongée dans le courant : ils distribuent des « Reef hook », comprenez des « crochets de récif ». Le principe est très simple mais il fallait y penser : au lieu de s’accrocher au substrat pour éviter de partir dans le courant, ou s’accroche à l’aide d’un crochet en acier munit d’un bout d’une longueur d’un ou deux mètres environs et qui se termine par un mousqueton ou crochet avec lequel on s’attache à la stab ou qu’on tient tout simplement à la main. On gonfle ensuite un peu la stab, ainsi on ne touche pas le fond et on peu tranquillement regarder le panorama avec l’action qu’on peut imaginer sur un tombant avec du courant ou dans une passe peuplés de pélagique.

Une grande partie des plongées sont basées sur ce scénario. Personnellement je ne m’en suis pas lassé… Une pause est faite sur le bateau à midi pour manger : en général le lieu choisi est soit un petit tombant protégé et rempli de poissons bagnards, napoléons et requins pointes noires (et gris des fois) qui se ruent sur le moindre grain de riz qui tombe à l’eau, soit une petite ile déserte avec une plage paradisiaque.

. Nous avons également fait un autre type de plongée, en pmt (Palmes, Masque, Tuba également appelé « snorkeling ») : les fameux lacs aux méduses des Palau! Et depuis ce Ushuaïa sur Palau, j’ai l’image de la Micronésie associée à cette image de milliers de méduses évoluant sous la surface de ces lacs.
A la fin de la deuxième plongée du premier jour, nous nous arrêtons sur un ponton qui file droit dans la jungle : c’est l’entrée du lac aux méduses. Pas loin de 10mn de marche dans la végétation luxuriante, avec un dénivelé de plus de 30 mètres et bien abrupte sont nécessaires pour atteindre le lac situé en contrebas du versant intérieur de l’ile. Nous arrivons alors à un deuxième ponton surplombant la berge du lac. Les bords sont constitués de mangroves. Après avoir enfilé palmes, masque et tuba, nous sautons à l’eau. Et là, après quelques dizaines de secondes de nage, nous arrivons à la partie ensoleillée du lac : une couche très dense de méduses (LES méduses de Palau!) nous attend. Nous pénétrons alors dans ce foisonnement gélatineux sans aucun risque (ces méduses sont des méduses qui ont muté en perdant leur pouvoir urticant pour le troquer avec des algues unicellulaires (zooxanthelles) vivant au sein même de leurs tissus et qui leur fourni leur énergie quotidiennement juste en les exposant à la lumière. Le produit de la photosynthèse produit alors l’énergie à la méduse pour vivre et se reproduire.). Le paysage en vaut la chandelle !

Le dernier jour nous avons fait une épave : un hydravion américain de l’époque de la guerre du Pacifique qui a loupé son décollage ! Pour ceux qui aiment les épaves (je ne suis pas fana).

Le soir en rentrant à l’hôtel, vous avez le choix entre diner sur la terrasse (commander le diner la veille) ou demander à être amené en ville pour manger dans un petit restaurant local. Vous donnez alors juste le type de repas que vous souhaitez (indien, chinois, coréen, italien, japonais, etc. etc.). La ville est truffée de petits restaurants sympathiques de toutes nationalités. La réception de l’hôtel s’occupe alors de vous réserver une table dans le restaurant qu’elle sélectionne pour vous en fonction de la nationalité que vous avez choisie. Franchement, on ne l’a pas regretté, on a très bien mangé (l’indien était tout simplement fabuleux). Lorsque le chauffeur vous dépose, vous convenez avec lui d’une heure de retour et il repasse vous chercher (tout ca gracieusement, service offert par l’hôtel).

Activités annexes

Nous avons fait un circuit en kayak de mer, avec un guide, à travers les « iles rocher », dans des pouponnières à requin, avec même pas 1m d’eau par endroit. Les paysages lors de cette excursion étaient tout simplement extraordinaires! Le récif corallien est à fleur d’eau dans des canyons turquoises qui tranchent avec les falaises verdoyantes où la végétation arrive à pousser jusqu’à la limite de l’eau salée, principalement des yukas de grande taille, des chauves-souris fructivores, des perroquets et autres oiseaux, et même de petits crocodiles marins (non vus pendant notre excursion). Une petite halte dans une sorte de petit cirque de pierre, avec au centre un récif corallien dans lequel on va évoluer en pmt pour aller observer les poissons mandarin. Vraiment à faire! En plus nous étions juste deux… Et un guide bio pour nous tout seuls. Parfait! Vraiment exceptionnel!...

Le séjour s’est doucement achevé et c’est avec peine que nous prenons le trajet du retour… Mais comme on dit toujours : les meilleurs choses ont une fin, et je pense que c’est parce qu’elles ont une fin que nous les apprécions à chaque fois autant!

Voilà, j’espère avoir réussi à vous faire un peu partager ce voyage à travers ces quelques lignes… D’autres photos sont disponibles dans la galerie photo : photos voyage plongée Micronésie

PS: Désolé pour la qualité moyenne des photos, mais elles sont tirées d'une video, qui elle même est en préparation.

0 commentaire

select mot_de_passe, pseudo, hash from touist_utilisateurs where userid=''

Ajouter un commentaire